Tout d’abord, les êtres humains qui vivent en ce moment sur la planète, ainsi que les générations futures. Beaucoup pensent que les animaux (non humains) doivent aussi être pris en compte dans la mesure où ils peuvent ressentir la souffrance.

Il est vrai que pour mesurer l’efficacité de nos actions, il est généralement nécessaire de faire appel à des évaluations quantitatives. Par ailleurs, nous ne connaissons pas toujours personnellement les personnes que nous aidons. Mais la motivation principale qui sous-tend ces raisonnements est précisément l’empathie que nous avons pour les autres, peu importe où ils sont et qui ils sont. Nous voulons comprendre où nous pouvons aider le plus parce que cela nous tient fortement à coeur.

Il est naturel d’avoir tendance à privilégier notre famille, nos amis, les gens dont nous nous sentons proches, ou les citoyens de notre pays. Mais souvent les possibilités d’aider loin de chez nous ont un impact bien plus important, surtout si nous vivons dans un pays riche.

Ainsi, 10% de la population mondiale vit avec un revenu de moins de 1,90 dollars par jours en « parité de pouvoir d’achat » (c’est-à-dire ce que 1,90 dollars permettent d’acheter aux Etats-Unis, seuil qui définit l' »extrême pauvreté » au niveau global). Orienté vers ces populations, un don de 500€, par exemple, a donc le potentiel d’améliorer la vie d’un grand nombre de personnes, ce qui n’est pas le cas dans un pays riche.

Certaines personnes adhèrent en effet à la démarche de l’altruisme efficace parce qu’elles considèrent qu’aider les autres est un devoir moral. Mais beaucoup d’autres sont simplement motivés par une volonté d’améliorer leur façon d’aider.

Quels que soient vos motifs pour nous rejoindre, vous êtes les bienvenus !

Si pour beaucoup d’entre nous les idées promues par l’altruisme efficace semblent évidentes, elles ne sont pas nécessairement intuitives pour tout le monde. Par ailleurs, même ceux qui sont convaincus de leur bien-fondé sont souvent loin de les mettre en pratique. Certains n’aident pas les autres, et d’autres cherchent à le faire mais choisissent leurs actions en fonction de leurs préférences individuelles, sans se soucier de leur impact réel.

Si vous trouvez l’altruisme efficace évident, parfait !

L’altruisme efficace se concentre avant tout sur l’amélioration de la qualité de vie. Il est consensuel de penser que, toutes choses égales par ailleurs, il est positif de réduire la souffrance et d’augmenter le bien-être.

Naturellement, on peut aussi penser que d’autres choses ont de la valeur, comme l’art ou l’environnement. Il est cela dit possible de considérer que cette valeur consiste à contribuer à améliorer la qualité de vie. Dans cette optique, on peut alors procéder à des comparaisons en termes d’efficacité.

Il est parfois difficile de comparer l’aide apportée à des personnes différentes, mais l’altruisme efficace vise à essayer d’être le plus neutre possible en le faisant.

L’altruisme efficace requiert souvent des changements dans la manière dont on dépense son argent ou dont on occupe son temps. Pour certaines personnes cela représente un sacrifice personnel mais, pour beaucoup de gens, passer une partie de sa vie à aider les autres apporte surtout une profonde satisfaction.

Aider davantage est toujours mieux, mais il ne s’agit pas de se culpabiliser et encore moins d’abandonner ce qui nous rend heureux dans la vie, et notamment nos engagements envers notre famille et nos amis. Souvent, un bon compromis est de se fixer des objectifs atteignables et de les revoir régulièrement. De nombreuses personnes qui se reconnaissant dans l’altruisme efficace choisissent ainsi de consacrer au moins 10% de leur revenu à des causes efficaces, ou encore d’orienter leur carrière professionnelle vers des activités à fort impact positif.

Par ailleurs, si l’on se trouve dans une mauvaise passe, consacrer ses efforts à améliorer sa propre situation est sûrement la meilleure chose à faire, en attendant des circonstances plus favorables pour pouvoir aider les autres.

Il est tout à fait possible que certaines actions (causes, programmes, ou organisations) recommandées soient inefficaces ou même parfois nocives. L’altruisme efficace est avant tout une démarche consistant à nous interroger sur la manière la plus efficace d’aider les autres. Ce n’est pas un ensemble de réponses spécifiques. Les personnes qui s’intéressent à l’altruisme efficace s’efforcent de prendre en compte les données empiriques et les arguments disponibles, et sont fréquemment en désaccord quant à l’action optimale. Si vous pensez pouvoir justifier votre opinion et convaincre d’autres membres, n’hésitez pas, vous les aiderez peut-être à prendre de meilleures décisions. La diversité de positions n’est pas un problème, bien au contraire.

Non. Rien dans les principes de l’altruisme efficace ne s’oppose à travailler à des changements sociaux de plus grande ampleur, et certains d’entre nous se concentrent déjà dessus. Ils s’efforcent néanmoins de mettre en balance la probabilité de succès avec les enjeux en question.

Vous pouvez aussi aider sans donner d’argent ! A travers votre carrière, ou par la promotion de certaines idées, par exemple, vous pouvez également avoir une influence importante.

Beaucoup de causes ont déjà été examinées ne serait-ce que superficiellement, c’est donc probable. Cela dit, il existe des milliers de manières différentes d’avoir un impact positif et cela prend beaucoup de temps d’évaluer chacune des alternatives et de les comparer. Voici quelques sites où vous pouvez chercher si votre cause a déjà été examinée :

Oui, certainement. Les recommandations de l’altruisme efficace correspondent à une estimation des meilleurs choix disponibles en l’état actuel des choses. Si les gens changent de comportement et orientent davantage de ressources vers les interventions mises en avant, celles-ci cesseront d’être négligées, de sorte que l’intérêt d’y allouer des ressources supplémentaires diminuera. Les recommandations évoluent ainsi régulièrement pour prendre en compte les changements dans les comportements.

C’est possible. Chacun a des possibilités différentes d’aider les autres. Cependant, si vous n’avez pas activement fait l’effort de chercher la cause qui a le plus grand impact, alors il est peu probable que vous choisissiez par hasard une cause parmi les plus efficaces. Il est déjà difficile de trouver la meilleure option quand on fait l’effort de la chercher !

Vous pourriez donc sûrement faire plus de bien si vous évaluiez et compariez les options afin de choisir la meilleure. Ce n’est pas une critique du travail que vous avez déjà mené, mais plutôt une occasion de faire encore plus de bien.

Beaucoup d’organisations caritatives sont peu efficaces, mais certaines obtiennent des résultats spectaculaires. C’est pourquoi il est si important de trouver les meilleures. Et même si vous n’êtes pas convaincu que la philanthropie est la meilleure voie à suivre, il existe d’autres options possibles pour aider les autres.

Il n’est pas nécessaire d’être végétarien pour adhérer aux principes de l’altruisme efficace. Cependant, beaucoup de personnes qui se reconnaissent dans l’altruisme efficace sont végétariens ou véganes, ou cherchent à réduire leur consommation de produits animaux, pour des raisons liées à la souffrance animale mais aussi à la santé humaine et à l’impact sur le climat.

L’utilitarisme est une théorie morale selon laquelle il faut agir de manière à minimiser la souffrance et maximiser le bien-être dans le monde, et utiliser uniquement ce critère.

Les utilitaristes se retrouvent souvent dans les idées de l’altruisme efficace, mais beaucoup de personnes engagées dans l’altruisme efficace ne sont pas utilitaristes et pensent que d’autres choses que souffrance et le bien-être ont une valeur intrinsèque, comme la vie, la nature, la liberté, la justice, la dignité, etc. L’altruisme efficace peut donc très bien s’accommoder de différentes théories morales.

Parmi ceux qui se reconnaissent dans l’altruisme efficace, beaucoup ont en effet un intérêt pour la politique. Leur point commun est généralement de s’intéresser aux changements politiques qui ont le plus fort impact. Cela ne signifie pas nécessairement militer ou s’engager dans la vie publique, quoique certains fassent ce choix.

Ni l’un ni l’autre. L’altruisme efficace ne peut se réduire à un positionnement sur le spectre politique. Il s’agit avant tout d’une démarche caractérisée par une ouverture d’esprit et par une approche pragmatique pour aider les autres.