Sommaire

Chaque année, 50 milliards d’animaux sont élevés et abattus à l’échelle mondiale dans les fermes industrielles. A cet instant précis, plus d’un milliard d’animaux vivent dans les fermes industrielles aux Etats-Unis. La plupart souffrent considérablement. Le problème est négligé par rapport à son importance – moins de 20 millions de dollars sont dépensés par an pour tenter d’y remédier.

Il existe des voies prometteuses pour améliorer les conditions des animaux d’élevage industriel et pour changer nos attitudes face aux animaux d’élevage.

 

Comment contribuer à cette cause ?

Les possibilités de travail sur cette cause incluent les suivantes : soutenir les associations recommandées par Animal Charity Evaluators [évaluateurs des ONG de protection animale] en occupant un emploi à haut revenu et en leur faisant des dons, ou en travaillant directement pour elles ; travailler dans une entreprise qui développe des alternatives végétales à la viande; et plaider pour cette cause en tant qu’universitaire, journaliste ou décideur politique.

 

Pourquoi cette cause est-elle urgente ?

  • […]Les animaux d’élevages industriels subissent des souffrances réelles et intenses tout au long de leur vie, dues à un confinement extrême et aux mutilations physiques. L’industrie de la viande contribue de manière alarmante au changement climatique, avec 14,5% des émissions mondiales de gaz à effet de serre.
  • Cette cause reçoit relativement peu d’attention, cela même de la part les principaux groupes de défense des animaux. [L’article est rédigé dans le contexte anglo-saxon] Moins de 20 millions de dollars sont dépensés par la communauté caritative pour l’amélioration des conditions de vie des animaux d’élevage industriel ou pour encourager la réduction de la consommation de viande.
  • Il semble y avoir des moyens efficaces pour convaincre les gens de réduire leur consommation de viande ou pour devenir végétarien ou végane. Certaines études suggèrent que la sensibilisation individuelle sur les campus universitaires a un effet, bien qu’on ne dispose pas encore d’évaluations précises. Développer de meilleurs substituts à la viande pourrait aussi faire baisser considérablement sa consommation. Dans l’Union Européenne, des victoires ont été obtenues en changeant la législation, ce qui a amélioré les conditions des élevages industriels, par exemple en donnant plus d’espace aux animaux.

 

Quels sont les principaux arguments qui atténuent l’urgence du problème ?

  • On peut penser que le bien-être de chaque animal compte moins que la souffrance de chaque humain (cent fois moins), et donc penser que l’échelle n’est pas aussi importante que pour d’autres problèmes.
  • On peut penser que les bénéfices à long terme de l’amélioration du bien-être des animaux sont significativement plus faibles que les bénéfices à long terme de l’amélioration du bien-être des humains. Cela serait dû au fait qu’augmenter le bien-être des humains permet à ces derniers de contribuer davantage au développement économique de leur société, mais qu’il n’y a pas de mécanisme évident qui impliquerait qu’améliorer le bien-être animal sur la même période conduit à des bénéfices comparables. […]

 

Quels jugements conduisent à donner la priorité à ce problème ?

  • Les animaux d’élevages industriels souffrent véritablement et intensément.
  • Face à une situation où vous pouvez faire reculer des actes de cruauté envers un grand nombre d’animaux non-humains ou bien la souffrance d’un nombre bien plus restreint d’humains, vous devriez aider les animaux. Il y a deux justifications possibles de cette position : i) à court terme vous empêchez plus de souffrance, et vous ne vous souciez pas tellement des effets à long terme, ou ii) vous pensez qu’il y a des effets positifs à long terme, par exemple à travers l’augmentation de l’empathie et l’amélioration des valeurs de la société.

 

Que pouvez-vous faire face à ce problème ?

De quoi a-t-on le plus besoin pour contribuer à cette cause ?

  • Sensibilisation publique pour réduire la consommation de viande. Cela peut être fait en distribuant des brochures, en diffusant des publicités à la télévision et en ligne, en faisant campagne auprès de grandes institutions pour adopter (comme les écoles ou les hôpitaux) à adopter des « Lundis sans viande » [Meatless Monday est une campagne internationale qui encourage à abandonner la viande les lundis afin d’améliorer leur santé et celle de la planète], enquêter pour qui révéler et médiatiser la cruauté envers les animaux d’élevage.
  • Revendication politique et lobbying en faveur de législations améliorant les conditions des élevages industriels.
  • Développement d’alternatives végétales aux aliments d’origine animale.
  • Recherche pour déterminer les méthodes de sensibilisation sociale et politique les plus efficaces pour convaincre les gens de réduire leur consommation de viande, et faire adopter des réglementations pour de meilleures conditions dans l’élevage industriel.

 

De quelles compétences et ressources a-t-on le plus besoin ?

  • De personnes aux compétences solides en matière de leadership et de collecte de fonds pour travailler dans des associations de défense des animaux.
  • De personnes capables de gagner des revenus élevés pouvant contribuer par leur don au travail de défense des animaux. Jon Bockman d’Animal Charity Evaluators, nous a rapporté que les associations de défense des animaux disposent de nombreux volontaires enthousiastes mais insuffisamment de fonds pour les embaucher, ce qui signifie que, dans ce domaine, le financement est le plus grand frein aux actions  (à moins que vous ayez le potentiel d’être un leader et un innovateur dans le mouvement).[…]
  • D’entrepreneurs et de chercheurs travaillant à développer et commercialiser des substituts à la viande.

 

Qui travaille sur ce problème ?

[Dans le monde anglo-saxon]

  • Voici une liste d’organisations rassemblée par The Open Philanthropy Project.
  • Animal Charity Evaluators recherche et promeut les moyens les plus efficaces pour aider les animaux. Voir leur liste des meilleures ONG travaillant dans ce secteur.

 

Que faire concrètement pour aider ?

  • Travailler pour des entreprises qui développent des alternatives végétales aux aliments d’origine animale (telles que Hampton Creek et Beyond Meat).
  • Si vous disposez d’une tribune publique, par exemple en tant qu’universitaire, journaliste ou politicien, faire la promotion d’une réduction de la consommation de viande et de l’amélioration des conditions de l’élevage industriel.
  • S’engager comme bénévole au sein d’organisations qui traitent de ce problème. Voir les conseils d’Animal Charity Evaluators sur le bénévolat.
  • Devenir végétarien ou végane, et promouvoir une réduction de la consommation de viande auprès de vos amis et collègues

Sources :

 

Article original: https://80000hours.org/problem-profiles/factory-farming/

Traduction libre par Raphaël Pesah, disponible également ici